Le BYOD n’est plus mythe mais une réalité. C’est du moins ce que peut laisser à penser une étude TechTarget réalisée auprès de 1500 décideurs IT, dont plus de 150 en France.

Selon cette étude, la sécurité réseau est une priorité pour 35 % des sondés en Europe, devant la gestion des identités et des accès, mentionnée par 33 % des décideurs interrogés. 32 % des sondés prévoient de conduire cette année des projets de sécurité des terminaux mobiles. Et autant des projets de prévention des fuites de données. Mais 30 % des sondés prévoient un projet de MDM, contre 28 % pour le chiffrement, et autant pour la gestion et la détection des menaces. Enfin, 26 % des sondés ont programmé un projet de gestion des vulnérabilités, et autant pour la sécurité des accès mobiles.

De manière générale, la mobilité apparaît comme un moteur important, concernant 30 % des sondés dans l’Hexagone. Une tendance qui se combine à celle du BYOD. 67 % des sondés prévoient d’autoriser l’usage de terminaux mobiles personnels. Et pour 40 % des sondés, les employés le font déjà… avec ou sans l’aval de la DSI. Dans 30 % des cas, seulement quelques départements précis sont concernés. Un phénomène qui trouve sa traduction dans d’autres chiffres : si mobilité rime avec tablettes pour 43 % des sondés, dans 46 % des cas, il s’agit de répondre à la demande des utilisateurs. Et 56 % des sondés prévoient de combiner achats d’entreprise et BYOB en matière de smartphones.

Mais la gestion de la transformation semble encore balbutiante. Ainsi, seuls 22 % des sondés semblent se préoccuper de la sécurité des terminaux mobiles. Quant à l’adaptation des applications métiers à ces terminaux, elle ne serait pour l’heure prévue que par 19 % des sondés. Un retard considérable alors que 34 % des sondés en Europe prévoient de travailler cette année au développement d’applications mobiles.

Source: ICI