DuoLastPassLogMeIn

 

LogMeIn, une entreprise spécialisée dans le contrôle d’ordinateurs à distance, vient de racheter LastPass, l’entreprise éditrice du gestionnaire de mots de passe.

Un rachat qui s’est fait pour 110 millions de dollars.

Il n’y a pas que dans les médias et les télécoms que l’on peut noter une accélération de la concentration des entreprises, dans le domaine du logiciel aussi. Ainsi, LogMeIn, un spécialiste du contrôle à distance de terminaux, vient en effet de casser sa tirelire pour enrichir ses services.

 

110 millions de dollars pour un gestionnaire de mots de passe

 

LogMeIn, déclare un chiffre d’affaires trimestriel d’environ 65 millions de dollars pour un bénéfice net d’environ 2,4 millions de dollars. C’est donc une part non négligeable de ses réserves qui est déboursé ici. Le total de la transaction pourra par ailleurs être révisé jusqu’à 125 millions de dollars sous réserve de la réalisation de résultats suffisants.

 

Avec cette acquisition, LogMeIn espère pouvoir proposer de nouvelles solutions de sécurisation pour ses clients, notamment en mettant en commun le savoir-faire de Meldium, une jeune pousse rachetée en septembre 2014 pour 15 millions de dollars. Celle-ci travaillait notamment sur des solutions d’authentification unique (SSO) permettant à des utilisateurs d’accéder à plusieurs applications ou sites en ne s’authentifiant que sur un seul portail.

 

Quel avenir pour LastPass ?

 

Avec ce rachat LastPass ne va pas disparaître du paysage, bien au contraire. LogMeIn assure dans un communiqué qu’à « court terme, les lignes de produits de Meldium et Lastpass seront encore supportées, avec des plans sur le long-terme visant à nous concentrer sur une seule solution de gestion des identités basée sur le service et la marque de Lastpass ».

Du côté de chez Lastpass, le ton se veut également rassurant dans le billet d’annonce. « Tout d’abord, nous (LogMeIn/LastPass) ne prévoyons pas de changer notre modèle économique actuel ». Pas question donc de toucher au modèle freemium de LastPass, les utilisateurs de sa version gratuite peuvent donc souffler, au moins pour un temps. La société estime également que « cette acquisition nous permet d’accéder à des ressources qui nous permettront d’innover encore plus vite, et de livrer un produit encore meilleur que celui que vous connaissez et que vous aimez », assure Joe Siegrist, le PDG de LastPass.

 

Sources & ressources :

Georges

Consultant Sécurité